Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 janvier 2010 1 11 /01 /janvier /2010 19:13
Hommage à cette grande dame qui a tant soutenu Bertrand Cantat certainement malgré une grande souffrance de femme abandonnée...Pourquoi j'en parle? rappelez vous mon article du 27/12,  extrait :

"je
vais devenir folle, je comprends maintenant qu'on puisse arriver à des situations extremes en amour! en parlant de cela, je me souviens de ce qu(il m'a dit il y a 15 jours quand il a voulu revenir avec moi : " je suis allé voir le concert de xxx, il y avait xxxx (un chanteur qui a tué une actrice vous voyez de qui je parle?) et tu sais avec qui il etait? son ex femme! tu vois elle est toujours avec lui et moi je n'ai pas fait ce qu'il a fait lui donc tu vois qu'on peut pardonner!!!"

Paix à ton ame Kristina, ce soir je brule un bougie pour toi...que tu trouves enfin la paix que tu mérites...



Le Point

INTERVIEW (ARCHIVES) :

Quand l'ex-épouse de Cantat voulait "maintenir Bertrand en vie"

Kristina Rady, la mère des deux enfants de Bertrand Cantat, le parolier et chanteur de Noir Désir, a mis fin à ses jours, dimanche, en se pendant à son domicile, à Bordeaux. Elle avait 42 ans. D’origine hongroise, elle avait soutenu sans faille son ancien compagnon poursuivi et condamné, le 24 mars 2004, à 8 ans de prison par un tribunal de Lituanie, pour avoir porté des coups mortels à sa nouvelle compagne, Marie Trintignant, au cours d’une violente dispute, le 27 juillet 2003 à Vilnius. Dans son édition du 25 mars 2004, soit quelques jours avant le verdict du procès Cantat, Le Point avait publié un long entretien avec Kristina Rady. Titre de l’interview : « J’essaie de maintenir Bertrand en vie ». En voici la version intégrale.

Le procès de Bertrand Cantat, poursuivi pour le meurtre de Marie Trintignant, est sur le point de s’achever à Vilnius (Lituanie). Le procureur a requis neuf ans de prison. Pendant les cinq jours de débats, une femme a impressionné l’auditoire par sa dignité, Kristina Rady, l’épouse de Bertrand Cantat, qui est aussi la mère de ses deux enfants. Avant l’énoncé du verdict, lundi prochain, Kristina Rady a accepté, en exclusivité pour Le Point, de se livrer, de raconter la façon dont elle a vécu le procès et ses sentiments aujourd’hui à l’égard de Bertrand Cantat.

LE POINT : Depuis le 27 juillet 2003, vous n’avez cessé d’écrire à Bertrand Cantat, de le voir en prison. Que lui dites-vous ?

Kristina Rady : J’essaie de le maintenir en vie. Je lui dis que ses enfants ont besoin de lui et qu’il a besoin de ses enfants. J’essaie de lui expliquer que ce qui s’est passé le 27 juillet 2003 ne peut pas altérer tout ce qu’il a fait avant. Bien sûr, la mort de Marie a rempli son coeur de peine et de culpabilité. Et cela à perpétuité.

Qu’est-ce qui vous fait tenir ?

C’est Bertrand qui m’a appris à être forte. J’ai passé douze ans auprès de lui - un tiers de ma vie -, je n’ai jamais rencontré un homme aussi incorruptible et honnête que lui. Il n’est pas devenu le porte-parole d’une génération par hasard. Je l’ai vu refuser des centaines de sollicitations afin de rester fidèle à ses idées et à ses engagements. Je l’ai vu résister à la gloire facile, au paraître, au mensonge. Il ne doit rien à personne : ce n’est pas un « fils de ». Tout ce qu’il a obtenu, il ne le doit qu’à son travail, à son talent.

C’est un homme qui mérite que je le soutienne, qu’on le soutienne. Le fait qu’il soit le père de mes enfants ne suffit pas. J’aurais pu quitter depuis longtemps la France avec Alice et Milo sous les bras. Si je suis restée, c’est parce que j’ai un profond respect pour Bertrand Cantat. Je suis venue témoigner à Vilnius parce que je sais que Bertrand dit la vérité. Si j’avais eu le moindre doute sur ce point, je n’aurais pas fait le voyage. Vous pouvez me croire : Bertrand n’a jamais levé la main sur quiconque avant le 27 juillet 2003. Ni sur moi ni sur une autre.

L’aimez-vous toujours ?

Oui, profondément. Comme on aime le père de ses enfants. Comme quelqu’un avec qui on a partagé dix années très fortes. Il demeure, à ce jour, l’homme le plus important de ma vie. Mais mes sentiments à son égard sont clairs, je n’essaie pas de le récupérer.

Je ne le défends ni comme une femme amoureuse ni comme une fan aveuglée. Je n’ai jamais succombé à la fascination. C’est pour cela qu’il est tombé amoureux de moi et qu’il a voulu partager ma vie. Bertrand n’aurait jamais pu vivre avec une groupie. Il n’aurait pas plus supporté une femme soumise.
http://www.lepoint.fr/actualites-societe/2010-01-11/exclusif-proces-de-bertrand-cantat-quand-l-ex-epouse-de-cantat-voulait-maintenir-bertrand-en-vie/920/0/44536


 Kristina Rady.


Merci à toutes et tous pour votre soutien...



Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Pervers narcissique = PeiNe de coeur= enfer
  • Pervers narcissique = PeiNe de coeur= enfer
  • : Le harcelement moral dans le couple. Mes états d'ame après une grande et trop longue histoire avec un Pervers narcissique...Si j'avais mis un nom avant sur cette maladie, je n'en serais certainement pas là aujourd'hui...Que ce blog puisse servir à d'autres. Bien à vous.
  • Contact

Recherche