Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 juillet 2010 3 14 /07 /juillet /2010 15:09

Amitié : oser rompre

Nous préférons souvent laisser le lien amical se défaire plutôt que d’aller au clash. Pourtant, en amitié comme en amour, les ruptures sont parfois salutaires.

 

Guilia Foïs

 

Comme en amour, l’amitié suit un processus d’idéalisation et de désenchantement. Plus les attentes sont fortes, plus les sentiments sont intenses, et plus la chute est brutale. Une désillusion qui conduit à « une brouille véritable quand il y a eu trahison, ou à une lente prise de distance quand l’un et l’autre évoluent tout simplement de façon différente », explique la psychologue Béatrice Copper-Royer. Dans les deux cas, les mêmes mécanismes ont joué : à un moment donné, l’autre n’a pas été à la hauteur de ce que nous pensions de notre amitié ou il n’a pas été fidèle à l’image que nous avions de lui. L’amitié est « un pacte tacite d’égalité et de réciprocité, précise le psychosociologue Jean Maisonneuve(1). Un coup de canif à l’un de ces deux piliers, et c’est tout le contrat qui est rompu. »

Perdre un ami, une vraie souffrance

Mais pourquoi la rupture est-elle si douloureuse ? « Parce que l’on est dans la sphère de l’intime, dans le vif de soi, où tout est toujours passionnel, souligne la psychanalyste Danièle Brun. Mais plus que tout, cela fait mal parce que ça n’est pas prévu au programme, ça ne fait pas partie de l’idéologie, de la mythologie de l’amitié. » Les contes ne disent jamais ce qu’il se passe après l’incontournable « ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants ».

De la même façon, dans les romans, comme dans nos fantasmes, les amitiés connaissent peu de nuages. La sociologue américaine Jan Yager va plus loin et parle de « l’utopie romantique selon laquelle les amitiés ne devraient ni finir ni échouer » : le mythe de « l’ami pour la vie » a remplacé celui de « l’amour éternel ». « Sous l’influence d’une tonalité très proamitié, a surgi le fantasme de l’amitié éternelle, alors même que l’idéal de mariage éternel est devenu une réalité irréaliste », écrit-elle(2).

A une époque où les couples sont devenus plus fragiles, où l’on est de plus en plus « seuls dans la foule, l’amitié nous tient chaud, comble ce besoin de l’autre à côté de soi, renchérit Jean Maisonneuve. Et on s’y accroche d’autant plus ». D’où les souffrances ressenties lorsque l’on se sépare, d’où la difficulté à admettre l’échec. « La plupart des personnes que j’ai rencontrées minorent leurs ruptures et leurs souffrances, s’étonne le psychosociologue. Perdre ou rompre une amitié, c’est reconnaître que l’on s’est trompé ou que l’on a été trompé : c’est une grande blessure narcissique. »

Peut-on aller jusqu’à parler de deuil ? Oui, répond sans hésiter Béatrice Copper-Royer : « Perdre un ami, c’est perdre un peu de soi aussi, parce que l’on s’est construit ensemble. Avec lui, ce sont des années qui s’en vont, un chapitre de notre vie qui se referme. »

des séparations qui nous construisent

Quand la question de rompre se pose, comment faire ? Les psys sont unanimes : il n’existe ni normes ni règles en la matière. Si tant est qu’il s’agisse d’une amitié véritable. « Il faut couper court si le lien est malsain, si l’un domine ou vampirise l’autre, conseille Béatrice Copper-Royer. Mais là, il ne s’agit pas d’amitié, puisqu’il y a déséquilibre et non-réciprocité. Dans tous les autres cas, il faut peser le pour et le contre : une rupture franche me fera-t-elle plus de mal ou de bien ? Parfois, il est plus juste de laisser les choses se faire. Et quoi qu’il en soit, ne jamais entretenir une amitié à n’importe quel prix. »

Danièle Brun s’insurge pour sa part contre l’« idéologie du dialogue et la hantise du clash ». Comme dans tout sentiment, disait Freud, l’amitié est faite d’ambivalence, d’amour et d’hostilité. « S’il y a alliance, il y a trahison possible, poursuit la psychanalyste. Il faut pouvoir l’accepter. Les ruptures nous semblent toujours soudaines. En réalité, les failles se sont creusées sans que l’on s’en aperçoive. On a pu sentir des accrocs, mais on n’a pas voulu les voir, parce que ça n’était pas le moment, et c’est très bien comme ça. En parler pourrait tempérer les choses et retarder le conflit, mais sûrement pas l’éviter. La violence des sentiments fait partie de la vie psychique. Une rupture amicale renvoie à la rupture originelle : celle entre la mère et l’enfant. Or, celle-ci était bien nécessaire. »

S’il est évident que l’amitié nous aide à nous construire, les ruptures peuvent également nous faire avancer. Aussi douloureuses soient-elles, elles ont leurs raisons profondes, et leur raison d’être.

http://www.psychologies.com/Moi/Moi-et-les-autres/Amitie/Articles-et-Dossiers/Amitie-oser-rompre

 

 

 Donc bonne chance à toi, que la vie te soit plus douce...et merci pour ces années d'amitiés, passons à autre chose maintenant, passons à d'autres personnes, visiblement je ne peux plus rien t'apporter, j'en suis désolée...fais attention à toi, parfois tu me fais peur, mais après tout qui suis je pour te dire ça?

 

Et oui, toi aussi tu m'as gonflée, mais j'ai eu la délicatesse de ne rien dire car je savais que tu n'allais pas bien...Puis ton amitié m'etait chère, je ne voulais pas te blesser.

 

Maintenant je n'ai plus la force de me justifier, j'ai envie  qu'on me prenne avec mes défauts et mes qualités et les personnes à qui je ne plais pas et bien bon vent. J'ai passé ma vie a essayé d'être droite, honnete, fidèle, présente, bosseuse etc etc pour quel resultat? aucun donc je dis merde et je cris MERDE. 

 

je savais que j'etais dans un tournant de ma vie, ca fait longtemps que le virage a commencé, je ne sais pas ce que ca va donner, j'ai peur parfois, peur de ne plus jamais etre aimée, peur de rester seule, et ton mail de lundi a accentué toutes ses peurs, je me suis dis "mais je ne vaux vraiment rien"...j'ai repris rdv chez la psy qui nous avez recus lui et moi en mars...

 

 je passe à coté de l'essentiel? mais ca veut dire quoi????

 

 

Le pire dans tout ca : je me sens tellement mal que s'il m'appelait, là maintenant, je crois que je retomberai...

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

reminiscence 02/05/2013 11:34


Ce post, j'aurai pu l'écrire mot pour mot.


Mais j'imagine que c'est pareil pour toutes celles qui traversent cette periode ?


J'ai la peur au ventre, la solitude en moi. Impression de n'être plus rien sans lui. C'est terrible de se battre au quotidien pour avancer.


ça me fait du bien de te lire. je me sens moins seule.

Carla 16/07/2010 19:37



Avant de lire ton message, je pensais que toi et moi aurions une période de distance ponctuelle, comme cela nous est déjà arrivé par le passé. Et, dans ce que j'ai essayé de te dire, il n'était
pas question d'image idéalisée de l'amie, ou quoi que ce soit du même genre. A chercher l'amour ou l'amitié idéale, on loupe certainement de belles rencontres à côté.Tu as tes défauts, j'ai les
miens, et crois-moi les miens me travaillent autant que les tiens, mais je n'ai jamais attendu que mes amies aient les mêmes défauts et qualités que moi, ce ne serait pas intéressant. On se
nourrit tout autant des différences que des affinités.


Pour moi il s'agissait d'une explication (ratée, je suis toujours mauvaise côté communication), tu y vois une occasion de rupture. Je n'y peux rien, si ce n'est te dire que ma porte reste ouverte
et que mon amitié pour toi ne change pas, malgré tout.



lili 17/07/2010 18:01



A bientot Carla...passe de bonnes vacances



colette 15/07/2010 13:52



Bonjour Lili !


Tu es à vif, donc tout ce qui peut etre dit te touche à 200 %, je ne veux pas minimiser les choses mais je te comprends, tu es dans un grand vide, donc les aures te tendent la main pour te
sortir de ce trou, ce n'est pas le pn qui t'en sortira, bien au contraire et tu le sais, mais tu es si malheureuse que tu t'accrocherais même à une branche pourrie.


Fais ce que tu as à faire pour t'en sortir et ne t'occupe pas du reste,tu n'es pas louis d'or et quelquefois, quelqu'un qui parait un peu brutal dans un premier temps, te fait sursauter et te
fais réagir, donc te rend service, c'est le côté positif des choses qui faut retenir.


J'ai bien aimé les définitions de l'amiité qui sont tres proches de l'amour avec le sexe en moins, mais tant qu'on regarde dans la même direction, on est ami et puis un jour on découvre une
différence et peut etre a-t-on idéalisé, comme on idéalise la personne que l'on rencontre en amour, en fait chacun reste le même dans le fond, mais on ne le voit pas au départ, on évolue aussi
différement et une situation particulière fait que le vernis saute et l'on découvre un défaut caché. Tu sais, c'est souvent dans les épreuves que l'on reconnait ses amis c'est vrai mais cela nous
permet à nous aussi dévoluer, tu ne seras pas comme avant et nous vivons tous un jour ce genre d'expérience, c'est le cotéenrichissant des épreuves de la vie.


Il y avait une émission qui se terminait ainsi " réfléchissez bien à tout cela " et à demain !


Je te serre sur mon coeur et te fais plein de gros bisous



sugoisugoi 14/07/2010 20:51



Bonjour Lili


j'ai perdu beaucoup d'amitie ... par franchise. Ca n'a pas ete apprecie et hop on m'a ferme la porte au nez. J'ai eu des nouvelles plus tard par voie detournee ... et ce que j'avais prevu
(prevenu) est arrive ... Parfois on peut etre amenee a entendre des choses qui ne font pas plaisir ... mais il faut surtout se demander pourquoi et qu'est ce qui a declenche ce commentaire qui
nous a tant blesse ... en general c'est qu'on a ete blesse a vif et donc que l'autre a touche juste.


Une longue amitie est une tres tres grande perte. C'est toujours domage. reflechis c'est precieux l'amitie Lili


bises



kilou 14/07/2010 18:36



J'aime cet article et la presentation, c'est mimi (il y a des titres qu'on ne voit pas;)


J'ai appris aussi à rompre en amitié, c'est salutaire, aujourd'hui, après des années dans l'engrenage PN, j'ai compris plus que jamais qu'il ne faut pas supporter ce qui ne nous convient pas.


J'ai accepté de ne pas contrôler les évènements, j'ai accepté le fait que les amis ne nous appartiennent pas et que si ça ne doit pas marcher, ils peuvent s'en aller.Il n'y a pas de contrat
entre eux et nous, nous passons du temps ensemble parce que nous le voulons bien et pas par contrainte.


Rompre une amitié  est souvent aussi difficile qu'une relation amoureuse, si nous acceptons que nul ne nous appartient, nous restons plus lucides sur l'évolution de la situation et donc
moins surpris de la suite des évenements.



Présentation

  • : Pervers narcissique = PeiNe de coeur= enfer
  • Pervers narcissique = PeiNe de coeur= enfer
  • : Le harcelement moral dans le couple. Mes états d'ame après une grande et trop longue histoire avec un Pervers narcissique...Si j'avais mis un nom avant sur cette maladie, je n'en serais certainement pas là aujourd'hui...Que ce blog puisse servir à d'autres. Bien à vous.
  • Contact

Recherche